L’origine des plantes

Une grande majorité des plantes à l’époque médiévale est originaire du pays, de la région. Mais certaines plantes sont importées de contrées plus lointaines. Elles ont en effet parfois suivi les grandes routes commerciales et ont été rapidement assimilées par le peuple des paysans et des jardiniers. Pour résumer, la moitié des plantes consommées en France sont d’origine française (voire européenne), un tiers vient de méditerranée et le reste vient d’ailleurs.

Dans le paysage du Moyen Age, il faut éliminer toutes les plantes qui proviennent des Amériques : pomme de terre, tomate, courge, potiron, haricot, tabac, tournesol, vanille, piments. Du japon vient l’anis étoilé et la cannelle, mais cette dernière était déjà importée au Moyen Age depuis l’Inde et la Chine.

L’importation des herbes exotiques

Les romains sont véritablement le point de départ de l’importation des herbes exotiques. En effet, lors de leurs conquêtes, ils furent en contact avec de nombreuses terres éloignées d’où ils rapportaient les graines qui étaient inconnues chez eux.

Au Moyen Age, les herbes originaires d’Inde et de Chine transitaient par la Route de la Soie, la route des épices. Ainsi furent importées les graines de cerfeuil, d’anis, de marrube, d’oxalis, de pourpier, de ciboule (originaire de Sibérie). La « route des épices » a donc eu une très grande importance pendant tout le Moyen Age, pour l’alimentation mais aussi la médecine.

Aux côtés de ces plantes, les herbes du sud de la Méditerranée sont également implantées et acclimatées. C’est le cas par exemple du cumin et du souci qui sont introduits au XIIe siècle.

Très vite, les jardiniers vont recueillir les graines et les acclimater : aneth, cerfeuil, épinard, mélisse, deviennent alors des éléments familiers de la gastronomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 16 =